Accueil Non classé Equipe de France, le jour d’après

Equipe de France, le jour d’après

0
0
64

Un mois et demi après leur titre de champion du monde en Russie, les Bleus font leur retour à Clairefontaine. Un retour qui marque les véritables retrouvailles avec le public français, jugé délaisser lors de la parade sur les Champs Elysées le 16 juillet dernier.

Pour cette rentrée, Didier Deschamps a repris les mêmes. Cependant, les blessures conjuguées du capitaine Hugo Lloris, et du second gardien, Steve Mandanda, ont obligé le sélectionneur à appeler Benoit Costil, et Benjamin Lecomte, auteur d’une bonne saison l’an passé à Montpellier, afin de les suppléer. La continuité, c’est, donc, l’option choisie par Deschamps. Aurait-il pu faire réellement autrement ? Un groupe encore très jeune, une alchimie parfaite, etc… ce groupe a encore de belles années à vivre devant lui. Et la suite pour ce groupe arrive déjà maintenant. Fini les matchs amicaux, place dorénavant à la Ligue des Nations. Et oui, encore une de ses compétitions inventées sans réelle ambition sportive, mais plutôt dans un but lucratif, comme le sport moderne sait nous en offrir. Une ligue, quatre groupes, composées eux mêmes de trois équipes, qui se défieront en match aller retour. Parmi celles-ci, une sera qualifiée. Bon, au fond,on s’en fout de qui la gagnera. Le réel intérêt est de se frotter au gratin européen, en l’occurrence ici, pour nos Bleus, le Pays-Bas et l’Allemagne. Deux équipes en reconstruction. La première est en plein naufrage depuis la Coupe du Monde 2010, la deuxième connait une phase très compliquée, notamment secouée par l’affaire Ozil cet été, depuis sa victoire au Brésil, en 2014. La non-qualification serait, donc, un véritable échec. Au-delà de ça, la priorité est de faire perdurer cet élan positif. La faim vient avec la faim. C’est le seul moyen pour Deschamps de voir sa côte au près des français demeurer. Le plaisir du jeu n’existe malheureusement pas avec lui, seul le plaisir de la victoire finale peut effacer cela. Cela a marché cet été, mais cela ne marchera pas forcément toujours. Mais ce groupe a un truc en plus, un peu inexplicable. Comme si, porté par une parfaite osmose, il pouvait résister à tout sur son chemin. La route pour l’Euro 2020 commence, ainsi, maintenant.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par antisportix
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Poyet, le coup de chaud

Au sortir de la qualification bordelaise pour le dernier tour des barrages de la Ligue Eur…